Actus Pro

La J4PAC dans la presse


Merci à Génie Climatique Magazine


Débat à la Journée de la PAC : la air/eau est-elle prête à envahir la France ?

GC Magazine | 13 février 2018

Dans ses prévisions, l’Ademe imagine qu’un logement sur deux en France sera chauffé dans 30 ans par une PAC air/eau. D’accord, mais comment y arriver ?
 
Nicolas Doré, chef de service adjoint Bâtiment à l’Ademe, prévoit un déploiement massif de la pompe à chaleur à horizon 2050. En effet, selon la vision prospective « Energie Climat 2035 – 2050 » de l’Ademe, la part des PAC dans la chaleur renouvelable pourrait atteindre 47 % dans le résidentiel et 49 % dans le tertiaire. Mais aujourd’hui, si une maison individuelle sur deux est équipée d’une PAC air/eau, cette dernière ne perce toujours pas sur le marché de l’existant et est inexistante dans le logement collectif.
C’est pourquoi Nicolas Doré appelle les industriels à baisser leur coût pour que la PAC soit accessible à tous et devienne compétitive. « Il ne faut pas faire monter les SCOP des pompes à chaleur au-delà de 4. Plus le SCOP tendra vers 3, plus on arrivera à massifier cette technologie et on baissera ses coûts et donc plus on la rendra accessible. La PAC ne doit plus être un produit haut de gamme réservé aux CSP+ », explique ce dernier qui constate, à ce jour, une volonté chez les industriels de laisser la PAC air/eau sur un créneau haut de gamme.
 
 
Bien que les industriels – qui pour beaucoup proposent des équipements fonctionnant avec d’autres technologies – semblent ne pas vouloir que la PAC air/eau envahissent le marché, la montée en puissance de la PAC air/eau dans d’autres pays d’Europe, comme en Allemagne où le marché a augmenté de près de 30 % en 2017, devrait par la massification de la production entraîner une réduction significatif du coût de l’équipement.
Mais pour les fabricants, la balle est également dans le camp des installateurs qui ne devront pas maintenir un cout équipement + pose à 15 000 euros alors que les prix de la machine baissent.
Et au-delà de l’installation de ces millions de PAC air/eau, l’autre défi sera également de faire émerger une maintenance. Avec, à ce jour, une PAC air/eau sur trois entretenue annuellement, la route est encore longue…

Comment réanimer la PAC géothermique ?

GC Magazine | 13 février 2018

Moins de 2 500 PAC géothermiques ont été installées en France en 2017. C’est 8 fois moins qu’il y a 10 ans. La 4ème journée de la PAC, organisée par l’Afpac mardi 13 février à Paris, a été l’occasion de se demander comment réanimer la petite géothermie.
Les acteurs de la filière géothermique espéraient beaucoup de l’élargissement du CITE à la pose de la pompe à chaleur géothermique. Mais le texte définitif de la loi de Finances ne reprend pas l’amendement qui visait cette extension. Il faudra donc attendre 2019 et la transformation du crédit d’impôt en prime pour voir éventuellement apparaître une aide fiscale boostée pour la géothermie dite de minime importance. « Tous les équipements seront demain rémunérés au mérite », souligne Alexandre Dozières, chef du bureau économies d’énergie et chaleur renouvelable au sein du ministère de la transition écologique et solidaire.
En attendant, la filière a des idées pour ne pas voir mourir ce marché. Une des pistes engagées consiste à travailler avec les lotisseurs pour que les terrains soient vendus avec des sondes déjà installées. « En réalisant 10 forages d’un coup, plutôt que séparément, nous pourrons réduire considérablement le coût du forage et ainsi réduire fortement le prix de l’installation d’une PAC géothermique », explique Thierry Nille, président de l’Afpac. La mutualisation de boucles d’eau tempérées à l’échelle d’un quartier est également un moyen de baisser les coûts.
 
 
« On sait montrer les muscles sur les grandes puissances mais sur les petites puissances », reconnait Jean-Jacques Graff, président de l'Agence française des professionnels de la géothermie (Afpg) qui considère qu’il est indispensable de revoir le soutien à la filière. « L’Allemagne a mis en place des aides bonifiées pour la géothermie qui ne sont pas uniquement valables en rénovation comme chez mais également dans le neuf. Bilan même si le prix du gaz a baissé, comme chez nous, le nombre de PAC géothermiques a tout de même progressé », souligne ce dernier. Néanmoins il juge que les aides ne font pas tout et qu’il y a un vrai travail de culturation. « Alors qu’il existe une centaine d’animateurs biomasse, on compte 3 animateurs dans les espaces info énergie. Il n’y a donc pas de culture de la PAC géothermiques dans les points d’entrée vers la rénovation. La mise en place à venir d’un grand animateur géothermique par région va permettre d’évangéliser ».
 
 

La PAC aura-t-elle sa place dans la future RT ?

GC Magazine | 13 février 2018 |

Valérie Laplagne, responsable ENR chez Uniclima et vice-présidente de l’Agence française pour la pompe à chaleur (Afpac) a regardé s’il était possible d’atteindre l’Énergie 3 dans une maison en zone H2B, niveau qui préfigure le seuil à atteindre dans la future réglementation thermique.
« Pour atteindre le niveau Energie 3 du label E+C-, il est indispensable de mettre des panneaux photovoltaïques », assure Valérie Laplagne, responsable ENR chez Uniclima
Dans la maison d'une surface de 97 m², trois solutions descendent en dessous du seuil E3 : chaudière à condensation gaz pour le chauffage couplée à un CET pour l’ECS et 6 m² de PV ; PAC double service et 4,5 m² de PV ; PAC air/air couplé à des radiateurs électriques pour le chauffage, CET pour l’ECS et 7,5 m² de PV.
Les trois combinaisons "chaudière gaz condensation + CET", "PAC double service air/eau" ou encore "PAC air/air, radiateurs électriques, CET et 1,5 m² de PV" n'atteignent pas le seuil E3. "D’une manière générale, toutes les solutions passent le niveau Energie 3 si on adapte la surface de capteurs PV. Les résultats présentés constituent des exemples (et non des résultats applicables stricto sensu à toutes les maisons) et dépendent notamment de la zone géographique", nous confie Valérie Laplagne, responsable ENR chez Uniclima.